Monde

À l'occasion de la Journée internationale de lutte contre le discours de haine, la culture de la tolérance est enracinée dans la religion islamique et dans les véritables lois divines.

Doha (UNA/QNA) - Un certain nombre d'experts et de chercheurs dans le domaine des religions ont confirmé que la culture de tolérance dans la loi islamique est un fait enraciné dans l'essence de la religion, et que la pratique pratique des musulmans depuis la mission de le Prophète - que Dieu le bénisse et lui accorde la paix - a instauré la tolérance, qui renforce la coexistence entre les gens, quelles que soient leurs croyances et leurs idées.
Ils ont déclaré, dans des déclarations exclusives à l'agence de presse du Qatar (QNA), à l'occasion de la Journée internationale de lutte contre le discours de haine, qui tombe chaque année le 18 juin, que la tolérance est un principe enraciné dans les véritables lois divines, soulignant que la coexistence entre musulmans et les autres personnes de religion doivent partir de la confiance et du respect mutuels et du désir de coopérer pour le bien de l'humanité dans les domaines d'intérêt commun et dans ce qui affecte la vie humaine, en soulignant qu'il est possible d'établir une base commune entre les religions. afin de parvenir à la paix mondiale.
Son Excellence Dr Ibrahim bin Saleh Al Nuaimi, président du conseil d'administration du Centre international de Doha pour le dialogue interreligieux, a déclaré dans une déclaration à l'agence de presse du Qatar (QNA) que les religions à leur origine appellent à la tolérance et à la coexistence, et que la tolérance est C'est la norme observée dans la plupart des pays du monde, selon les rapports des Nations Unies et des parties intéressées à surveiller la situation. Cependant, il y a une exception à chaque règle, car nous sommes témoins de certains cas de conflits et de différends qui peuvent être provoqués par la religion. facteur, en plus d’autres facteurs.
Il a souligné le rôle du Centre international de Doha pour le dialogue interreligieux dans la diffusion de la culture du dialogue et de la tolérance afin que la coexistence et la tolérance prévalent dans toutes les régions du monde, comme indiqué dans les messages des prophètes et messagers.
Il a souligné qu'il existe des expériences qui contribuent à parvenir à la tolérance entre les religions, dont les plus importantes sont les résultats positifs des institutions qui contribuent à parvenir à la tolérance, ce que recherche le Centre international de Doha pour le dialogue interreligieux. Les travaux du Centre contribuent également à incarner et à dessiner la tolérance, dont les plus importants sont : des conférences périodiques et des tables rondes dédiées aux communautés, des cours de formation pour les travailleurs de ce domaine, les étudiants et les spécialistes du Qatar ou de l'étranger, la conduite de recherches scientifiques, la publication scientifique. publications et recherches, et impliquant des spécialistes dans le domaine du dialogue qui suivent les religions célestes, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur du Qatar.
Le Dr Abdul Qader Bakhoush, professeur au Département de doctrine et de Da'wah et rédacteur en chef du Journal du Collège de charia et d'études islamiques au Collège de charia de l'Université du Qatar, a déclaré dans une déclaration similaire à QNA : La tolérance est définie par l'acceptation des autres et le respect de leurs droits et de leurs différences, y compris les différences de foi, de culture, de coutumes et de traditions, et la tolérance est mise en avant dans Penser positivement envers les autres et veiller à ne pas les juger, alors que la coexistence dépend de choses communes. Les valeurs humaines, telles que la tolérance, la compassion, le bon voisinage et la coopération mutuelle, constituent un comportement intellectuel et pratique qui affirme le droit de chaque individu à la citoyenneté locale ou mondiale sans discrimination ni préjugé.
Il a ajouté qu'un examen du Saint Coran et de la Sunna du Prophète confirme sans aucun doute que l'Islam a reconnu, dès ses débuts, ceux qui diffèrent de lui parmi les personnes d'autres religions et groupes, tout comme il a distingué le Coran. Les versets aniques qui les identifient et expriment leurs opinions. En effet, les sourates coraniques portent le nom de certains d'entre eux, « les Quraysh, les hypocrites, les partis », et cette reconnaissance des autres est plus clairement évidente dans la sienne. déclaration selon laquelle il n'y a pas de contrainte en religion et qu'il n'y a pas de place pour nuire aux croyances des autres. Dieu Tout-Puissant a dit : {Et si votre Seigneur l'avait voulu, tous ceux qui sont sur terre auraient cru. Ainsi, faites-vous. contraindre les gens jusqu'à ce qu'ils deviennent croyants ?}
Il a expliqué que le Saint Prophète Mahomet - que Dieu le bénisse et lui accorde la paix - a mis en pratique ce choix stratégique dans la coexistence dans le premier document constitutionnel trouvé en Islam, comme on considère le Document de Médine, au niveau de l'expérience historique islamique, une initiative juridique et religieuse remarquable en établissant la charte commune de la coexistence religieuse et culturelle, soulignant que cette reconnaissance de l'autre en désaccord avec la foi a fait admettre à l'orientaliste et historien allemand Adam Metz que la civilisation islamique avait atteint un tel niveau de tolérance qu'elle elle a créé une science qui étudie toutes les religions dans une atmosphère de tolérance et de coexistence, qui est la science des religions et des religions, ou ce qu'on exprime aujourd'hui comme la science des religions comparées.
Pour sa part, le Dr Muhammad Abdel Aziz Mishal, professeur de doctrine et de philosophie à l'Université Al-Azhar, a expliqué dans une déclaration similaire à QNA qu'en examinant la réalité de la tolérance entre les religions et en l'envisageant à travers les enseignements religieux et l'étendue de leurs pratiques, nous constatons d'abord que toutes les religions ne peuvent pas être placées dans un point sur la tolérance envers les autres. Il existe des religions dont les enseignements religieux portent sur la tolérance envers les autres, mais les adeptes de ces religions - malheureusement - n'appliquent pas ces enseignements. . Vous trouvez certains membres de religions dont les enseignements sont connus pour leur tolérance, porteurs d'idées extrémistes et les attribuant à leur religion soit par une mauvaise interprétation des textes, soit par déduction de textes dont l'authenticité n'a pas été prouvée après enquête. .
Concernant les raisons qui entravent la propagation de la tolérance et sa réalisation en tant que réalité entre les religions, le Dr Mishal a déclaré : Il existe de nombreuses raisons qui entravent la réalisation de la tolérance dans notre réalité entre les religions. Parmi eux : les conflits passés et la difficulté de les surmonter entre individus, ainsi que l'aspect culturel de l'homme et les idées unilatérales qu'il défend qui n'acceptent pas le pluralisme intellectuel, et la différence empêche également la réalisation de la tolérance, et ce sont des questions qui sont devenues ancrées dans l’esprit de certains à cause d’influences religieuses ou sociétales. Par conséquent, il est nécessaire de diffuser la culture du pluralisme et de la différence, et de souligner que le désaccord est une Sunna universelle. Le Tout-Puissant a dit : {Et si ton Seigneur l'avait voulu, Il aurait fait des gens une seule nation, mais ils diffèrent toujours.} , et tant que le désaccord est une Sunnah universelle, cela signifie qu’il doit y avoir coexistence et tolérance avec ceux qui diffèrent.
À son tour, M. Mukhtar Khawaja, chercheur spécialisé dans le domaine des religions, a déclaré que la tolérance signifie accepter l'existence de l'autre et lui accorder des droits et des devoirs dans le respect de la dignité humaine, soulignant qu'aucune religion n'appelle à la tolérance. comme l'Islam, qui considère la différence comme faisant partie de la nature de l'univers, comme le dit Dieu Tout-Puissant : { Et si votre Seigneur l'avait voulu, Il aurait fait de l'humanité une seule nation. Nous avons honoré les enfants d'Adam et les avons transportés sur terre et. mer et leur avons fourni de bonnes choses et les avons favorisés par rapport à beaucoup de ceux que Nous avons créés avec une grande préférence. Cela indique la valeur de la dignité humaine aux yeux du Saint Coran.
Il a ajouté que les religions célestes appellent généralement au respect des autres, mais qu'il existe des raisons de ne pas réellement pratiquer la culture de la tolérance. En raison de l'absence de dignité humaine chez de nombreuses personnes, de l'absence de justice et de la propagation de l'injustice et des griefs, qui conduisent à des réactions dysfonctionnelles et violentes, en plus de la diffusion d'images stéréotypées offensantes pour autrui et de l'incapacité de regarder à eux objectivement.
Khawaja a souligné que parvenir à la tolérance dans la réalité est possible en réalisant la justice, la conscience, la science, la connaissance et les valeurs qui incitent au respect des autres sur la base de leur humanité, ce qui est évident lorsqu'il, que les prières et la paix de Dieu soient sur lui, il assistait aux funérailles d'un juif et lui disait : « N'es-tu pas une âme ? », tout comme les musulmans émigrèrent en Abyssinie ; Parce que son roi est juste et ne traite personne injustement, et que les musulmans ont défendu leur religion devant lui en toute liberté, notant que l'écrivain Dr. Muhammad Khalifa Hassan considérait le débat des Compagnons avec la délégation Quraysh comme le plus ancien véritable dialogue religieux. Il convient également de noter que les musulmans ont traité les habitants de Dhimmah avec justice tout au long de l’histoire des gouvernements islamiques. En effet, les juifs « sépharades » d’Andalousie n’ont pas trouvé de meilleur refuge que les musulmans ottomans. leur civilisation, ont traité l'autre sur un pied d'égalité et n'ont pas aboli son humanité en raison de leur supériorité culturelle spirituelle et matérielle.
Dans leur entretien avec l'agence de presse du Qatar, les chercheurs ont souligné que la tolérance est basée sur la fierté de la croyance et ne signifie pas l'abandon des croyances. La tolérance que nous appelons ne signifie pas la dissolution des croyances et la perte de l'identité religieuse de chaque religion, mais plutôt la dissolution des croyances. c'est une coexistence pacifique et civilisée, et cela signifie reconnaître la liberté de chacun de... Croire ce qu'il veut sans l'attaquer, comme Dieu Tout-Puissant l'a dit : {Tu as ta religion et j'ai la mienne}, et cette tolérance implique de s'adresser à la problèmes communs qui conduisent à la construction de l'homme sans prêter attention à sa religion et à sa croyance, et cet appel a été souligné par l'Islam, alors Dieu Tout-Puissant a dit : {Ô gens ! Nous vous avons créés à partir d'un mâle et d'une femelle et avons fait de vous des peuples et tribus afin que vous vous connaissiez. En effet, le plus honorable d'entre vous est devant Dieu.
Il convient de noter qu’en juillet 2021, l’Assemblée générale des Nations Unies a souligné les préoccupations mondiales concernant « la propagation et la propagation accélérées des discours de haine » dans le monde et a adopté une résolution sur « la promotion du dialogue interreligieux et interculturel et de la tolérance face aux discours de haine ». discours, qui sera célébré pour la première fois en 2022. »
La résolution stipule la nécessité de lutter contre la discrimination, la xénophobie et les discours de haine, et appelle tous les acteurs concernés, y compris les États, à redoubler d'efforts pour lutter contre ce phénomène, conformément au droit international des droits de l'homme.
// Je finis //

Nouvelles connexes

Aller au bouton supérieur