Monde

L'Azerbaïdjan nie avoir imposé un blocus sur le "corridor de Lachin" et met en garde contre la manipulation politique des organisations internationales

Jeddah (Émirats arabes unis) - L'Azerbaïdjan a démenti les informations selon lesquelles il aurait imposé un blocus sur le corridor de Lachin, mettant en garde contre la transformation des organisations internationales en un outil de manipulation politique.

Le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué : « Les allégations de certains rapporteurs spéciaux et de l'expert indépendant du Conseil des droits de l'homme des Nations unies concernant le prétendu blocus par l'Azerbaïdjan du « corridor de Lachin », ainsi que la « situation humanitaire tendue » en la région du "Haut-Karabakh" sont regrettables, notant que ces allégations représentent "un indice de tentatives visant à transformer les organes des Nations unies en un outil de manipulation politique".

Elle a ajouté : "De plus, l'utilisation d'expressions par ces rapporteurs et experts telles que "Haut-Karabakh", qui représente un manque de respect manifeste pour l'intégrité territoriale et la souveraineté de l'Azerbaïdjan, et une ingérence dans les affaires intérieures de l'Azerbaïdjan, ainsi qu'un double standard à son encontre dans le déclaration, sont inacceptables.

Et le ministère a poursuivi : « Il faut rappeler avec force que l'Arménie, en plus de ne pas retirer ses forces armées du territoire de l'Azerbaïdjan en violation flagrante de ses obligations assumées, a également effectué des mouvements vers et depuis le territoire de l'Azerbaïdjan et y a apporté des munitions. via la route de Lachin, et a également participé au pillage des ressources naturelles de l'Azerbaïdjan.

Le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères a souligné que toutes ces mesures arméniennes avaient été accueillies sous silence par les Nations Unies et d'autres organisations.

Le ministère a noté que l'Azerbaïdjan a mis en place le poste de contrôle frontalier de Lachin sur son territoire souverain pour imposer un contrôle à ses frontières et empêcher les activités illégales de l'Arménie.

"En outre, la décision unanime de la Cour internationale de justice du 6 juillet rejetant l'appel de l'Arménie pour supprimer le point de contrôle susmentionné prouve le caractère invalide des revendications de l'Arménie", a-t-elle ajouté.

Le ministère a déclaré que bien que l'Azerbaïdjan ait facilité le passage de la population arménienne, du personnel du Comité international de la Croix-Rouge et de l'unité de maintien de la paix russe par le point de contrôle, l'Arménie avait faussement publié des allégations sur la "situation humanitaire tendue" dans la région pour poursuivre son activités illégales sur le territoire de l'Azerbaïdjan.

Elle a noté que l'Arménie avait également eu recours à des provocations, notamment en tirant sur des gardes-frontières, en tentant de faire de la contrebande, ainsi qu'en envoyant des camions de fret sur le territoire de l'Azerbaïdjan sans accord préalable le 26 juillet, notant que l'Arménie avait poursuivi ses provocations malgré son exhortation à s'abstenir de provocations. contre le point de contrôle frontalier de Lachin et assurer un passage sûr.

L'Azerbaïdjan a confirmé qu'il continue de faciliter le passage de la population arménienne par le poste de contrôle et par le Comité international de la Croix-Rouge, malgré les provocations arméniennes.

En ce qui concerne la question de la satisfaction des besoins de la population arménienne vivant sur le territoire souverain de l'Azerbaïdjan, le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères a déclaré que la partie arménienne rejette les propositions de l'Azerbaïdjan concernant l'utilisation de "Aghdam-Khankendi" et d'autres routes alternatives, et ferme également ces routes avec des barrières en béton.

Et elle a souligné que « le rejet arménien de ces propositions, malgré le soutien de l'Union européenne et du Comité international pour celles-ci, montre clairement que les allégations concernant la « situation humanitaire tendue » ne sont que du chantage politique et de la manipulation.

Le ministère a affirmé que l'Azerbaïdjan s'efforçait d'établir une paix et une sécurité permanentes dans la région et, à cet égard, il a présenté des initiatives en faveur de l'accord de paix, de la démarcation des frontières et de l'ouverture des communications, soulignant que publier des déclarations biaisées au lieu de soutenir ces efforts ne conduiront à aucun résultat positif pour ce processus.

(est fini)

Nouvelles connexes

Aller au bouton supérieur