فلسطين

Nations Unies : les bombardements aveugles israéliens pourraient constituer des crimes contre l’humanité

Genève (UNA/WAFA) - Les Nations Unies ont exprimé, hier mercredi, leurs « graves inquiétudes » quant au respect par l'armée d'occupation israélienne des lois de la guerre, dans une enquête qui a inclus six opérations de bombardement « majeures » dans la bande de Gaza l'année dernière, qui a entraîné la mort d'au moins 218 citoyens.

« La règle du choix des méthodes et moyens de guerre qui évitent ou au moins minimisent les dommages causés aux civils semble avoir été systématiquement violée lors de la campagne de bombardement d’Israël », a déclaré le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Volker Türk.

Mercredi, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme a publié une évaluation de six attaques menées l'année dernière par l'armée d'occupation israélienne à Gaza, "entraînant un grand nombre de morts civiles et une destruction généralisée d'installations civiles, ce qui soulève de sérieuses inquiétudes concernant au respect des lois de la guerre, y compris les principes de distinction et de proportionnalité. » Et à la réserve lors de l’attaque.

Le rapport détaille six attaques au cours desquelles Israël aurait utilisé des bombes guidées GBU-31 (une tonne), GBU-32 (demi-tonne) et GBU-39 (125 kg) « entre le 9 octobre et le mois de décembre ». 2. » décembre 2023 et a ciblé des bâtiments résidentiels, une école, des camps de réfugiés et un marché.

Le rapport indique que la Commission « a vérifié que 218 personnes ont été tuées dans ces six attaques et a annoncé que les informations reçues indiquent que le bilan des morts pourrait être beaucoup plus élevé ».

Les Nations Unies ont souligné que de telles attaques, lorsqu’elles sont commises dans le cadre d’une attaque généralisée et systématique contre des civils, « peuvent constituer des crimes contre l’humanité ».

(est fini)

Nouvelles connexes

Aller au bouton supérieur