فلسطين

L'Organisation mondiale de la santé met en garde contre l'aggravation de la crise sanitaire en Cisjordanie

Genève (UNI/WAFA) - L'Organisation mondiale de la santé a mis en garde contre l'aggravation de la crise sanitaire en Cisjordanie, suite aux attaques contre les installations médicales et aux restrictions strictes imposées par les forces d'occupation israéliennes.

Dans un communiqué de presse, l’agence des Nations Unies a appelé à « une protection immédiate et efficace des civils et du système de santé en Cisjordanie ».

Depuis le début de l’agression israélienne globale contre le peuple palestinien le 2023 octobre 546, 133 citoyens ont été martyrisés en Cisjordanie, y compris à Jérusalem occupée, dont 5200 enfants, et plus de XNUMX XNUMX autres ont été blessés.

L’organisation a regretté que l’afflux de personnes infectées alourdit le fardeau des « soins d’urgence dans des établissements de santé qui souffrent déjà de pression » et ne peuvent fonctionner qu’à 70 % de leurs capacités faute de fonds.

L'Organisation mondiale de la santé a recensé 480 attaques contre des établissements de santé ou des ambulances en Cisjordanie entre le 7 octobre et le 28 mai, tuant 16 personnes et en blessant 95 autres.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, l'accès aux soins de santé est également compliqué en Cisjordanie en raison de la fermeture des points de contrôle, de l'insécurité croissante et de la fermeture de villages entiers.

L'organisation a déclaré que la grave crise financière, exacerbée par la retenue par Israël des fonds fiscaux palestiniens depuis le 7 octobre, a conduit « les agents de santé à ne recevoir que la moitié de leurs salaires pendant près d'un an » alors que « 45 % des médicaments essentiels sont en rupture de stock ». »

Le gouvernement d’occupation retient chaque mois plus de 6 milliards de shekels de fonds de compensation, qui sont des taxes collectées par le ministère israélien des Finances, sur les marchandises importées, et les transfère au ministère palestinien des Finances.

La crise financière a affecté le financement du budget du ministère de la Santé, ce qui a eu un impact négatif sur le secteur de la santé en Palestine et a affecté la capacité opérationnelle, l’approvisionnement et même le stock de base de médicaments et de consommables médicaux dans les entrepôts centraux du ministère.

(est fini)

Nouvelles connexes

Aller au bouton supérieur