Couverture du programme du Forum des médias (Médias et droits des Palestiniens)فلسطين

Assaf, lors de sa participation aux activités du Forum « Médias et droite palestiniennes » : Le récit palestinien a triomphé du récit de l'occupation

Ramallah (UNI/WAFA) – Le Superviseur général des médias officiels, le Ministre Ahmed Assaf, a déclaré que le récit palestinien a triomphé du récit de l'occupation israélienne, et que les manifestations qui ont lieu partout dans le monde, les reconnaissances internationales successives de l'État de la Palestine et le vote de l'Assemblée générale des Nations Unies sur des résolutions en faveur de... la Palestine sont la preuve claire que le monde a adopté notre discours.

Le ministre Assaf a ajouté dans son discours devant le forum des médias « Médias palestiniens et droite », organisé par l'Union des agences de presse des pays de l'Organisation de la coopération islamique (ONU), en coopération avec le Secrétariat adjoint pour la communication institutionnelle du monde musulman. Ligue, intitulée : « Mesures pratiques pour s’appuyer sur les initiatives visant à reconnaître l’État de Palestine ». Cette victoire a eu un lourd tribut, car environ 150 journalistes palestiniens ont été martyrisés alors qu’ils accomplissaient leur devoir de dénoncer les violations et les crimes de l’occupation israélienne.

Il a souligné que les sacrifices du peuple palestinien, qui a fait plus de 37 XNUMX martyrs, le mouvement politique dirigé par le président Mahmoud Abbas, le soutien arabe, islamique et international, ainsi que les efforts considérables déployés par les médias palestiniens, ont conduit à notre histoire et à notre message. atteindre le monde entier.

Le ministre Assaf a souligné, lors de sa participation aux activités du forum via l'application « Zoom », que les médias, avec tous leurs outils et moyens, ont un rôle décisif dans le monde d'aujourd'hui, et qu'ils peuvent faire la différence en ce qui concerne la question palestinienne. , car l’essence du conflit porte sur le récit, et il s’agit d’un conflit difficile et complexe.

Il a souligné que la communauté internationale commence à comprendre de plus en plus le récit palestinien, arabe et islamique, et que ce qui s'est passé et se passe devant les Cours internationales de justice et les tribunaux pénaux, ainsi que lors du vote de l'Assemblée générale des Nations Unies, n’est rien d’autre que la preuve que le récit sioniste basé sur une falsification de l’histoire et de la réalité peut être vaincu.

Il a déclaré : La question de la reconnaissance de l'État palestinien et le principe de la solution à deux États sont devenus liés dans la conscience de la grande majorité de la communauté internationale, car il s'agit d'un indicateur de quel côté se trouve l'humanité, du côté de la raison et de la sagesse, ou du côté de la barbarie et de la sauvagerie, et que la récente vague de reconnaissance de l'État palestinien (Espagne, Irlande, Norvège et Slovénie) intervient dans ce contexte, elle représente une prise de conscience du rejet du monde. de la brutalité israélienne pratiquée de manière incontrôlable dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est. Le temps où Israël pouvait échapper à toute responsabilité et à toute punition est révolu, et il n’est plus acceptable que la politique de deux poids, deux mesures se poursuive.

Le ministre Assaf a souligné que ce qui se passe actuellement en Palestine est une nouvelle catastrophe, alors que pouvons-nous appeler la destruction complète de la bande de Gaza et la guerre génocidaire, qui a jusqu'à présent entraîné le martyre de plus de 37 85 citoyens et des blessés. d'environ XNUMX XNUMX autres personnes, et le terrorisme des forces d'occupation et des colonialistes en Cisjordanie, et le siège financier et économique concomitant aux pressions politiques, sauf que notre peuple palestinien vit dans une catastrophe permanente.

 Il a souligné que mettre fin à la guerre génocidaire était une question urgente et une condition nécessaire pour maintenir l'espoir d'une solution à deux États, notant que le danger de déplacements forcés était toujours présent et que le danger de saper la capacité du peuple palestinien à avoir son son propre État indépendant existe toujours, tant que la politique de colonisation et de judaïsation se poursuit à un rythme accéléré, tant que la destruction des capacités du peuple palestinien se poursuit.

Assaf a déclaré : L'histoire sanglante du conflit et l'explosion dangereuse actuelle dans la région et dans le monde ont prouvé qu'un État palestinien indépendant est une nécessité si nous voulons que la sécurité et la stabilité soient établies, que la paix prévale et que le langage du dialogue soit établi. et la coexistence, soulignant que cet objectif ne sera atteint qu'en respectant le droit international et les résolutions légitimes, et que l'Initiative arabe constitue la feuille de route la plus réaliste pour parvenir à une paix juste et globale.

Il a souligné que le peuple palestinien a abandonné toutes les déclarations et idées racistes dérivées de l'ère du vieux colonialisme, qui nient leur existence et tentent de l'abolir et prétendent qu'ils sont un peuple supplémentaire, en raison de leur fermeté légendaire dans les différentes étapes de leur politique nationale. lutte, soulignant qu'ils méritent d'être libres et indépendants sur la terre de leur patrie, et d'être dotés de leur propre État national indépendant aux frontières du 4 juin, avec Jérusalem pour capitale.

Le ministre Assaf a exprimé ses remerciements pour le travail inlassable effectué par les agences de presse des pays de l'Organisation de la coopération islamique, qui a eu le plus grand impact dans le soutien et le soutien de notre peuple palestinien et dans la lutte contre la guerre de génocide israélienne.

Il a apprécié les efforts de tous les médias arabes et islamiques, qui n'ont cessé un seul instant de dénoncer les crimes de l'armée d'occupation israélienne en Palestine, notant que les fruits de ces efforts commençaient à apparaître clairement à travers une large solidarité internationale avec notre peuple et son peuple. une cause juste et la reconnaissance croissante de l’État palestinien.

Le ministre Assaf a exprimé ses profonds remerciements à l'Union des agences de presse de l'Organisation de la coopération islamique (ONU) pour l'organisation de ce symposium, qui intervient à un moment difficile où les opportunités oscillent entre l'humanité triomphant de la logique de la justice et de l'équité et la logique de les valeurs humaines et la paix, ou rester captif de la logique de la force brute et de la loi de la jungle que le gouvernement fasciste de droite d'Israël veut faire prévaloir.

Le secrétaire général de la Ligue musulmane mondiale, Cheikh Dr. Muhammad Abdul Karim Al-Issa, le secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique, Hussein Ibrahim Taha, et le directeur général de la Fédération des agences de presse de l'Organisation de la coopération islamique. Le pays de la coopération islamique, Muhammad Al-Yami, a participé au forum, qui s'est tenu virtuellement via l'application « Zoom ».

Le programme du forum des médias comprenait trois thèmes principaux, en plus de la séance d'ouverture, qui tournaient tous autour de la nécessité de renforcer la coopération entre les médias.

Le premier thème portait sur : Les mesures pratiques dans la coopération des médias pour soutenir les initiatives de reconnaissance de l'État de Palestine, au cours duquel sont intervenues : la présidente du conseil d'administration de l'agence de presse croate, Magda Tavra Valhovec, maître de conférences à l'Université de Genève et l'Institut des Sciences Politiques de Paris, Hosni Abidi, et le président et directeur général de l'Agence tunisienne Afrique Pour l'actualité, Najeh Al-Misawy.

Dans le deuxième axe, axé sur la terminologie médiatique et le soutien au droit légitime du peuple palestinien, sont intervenus : le président du conseil d'administration de l'agence de presse panafricaine « Panapress », Ibrahim Hadiya Al-Mujabri, et le président de l'Organisation des agences de presse de l'Asie et de l'Indo-Pacifique « Awana » Ali Naderi.

Quant au troisième et dernier thème, il a porté sur « Le journalisme de paix et le renforcement du rôle des médias dans la résolution des crises internationales », « La Palestine comme modèle », pour chacun des intervenants : le président de la Fédération des agences de presse latino-américaines, Juan Manuel, conseiller média coopérant auprès de la Ligue musulmane mondiale, chercheur en communication et dialogue civilisationnel, Mahjoub Bensaid, et écrivain du journal norvégien Aftenposten sur les questions d'islam, d'extrémisme et de laïcité, Muhammad Usman Rana.

(est fini)

Nouvelles connexes

Aller au bouton supérieur