فلسطين

UNRWA : 810 XNUMX citoyens palestiniens déplacés de Rafah en deux semaines

Genève (UNA/WAFA) - L'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) a annoncé lundi qu'Israël a forcé 810 XNUMX citoyens palestiniens à quitter de force la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, au cours des deux dernières semaines.

Depuis le 6 mai, les forces d'occupation ont lancé une attaque terrestre à l'est de la ville de Rafah, tandis que le lendemain, elles ont occupé le côté palestinien du passage terrestre de Rafah, stoppant le flux d'aide et empêchant les malades et les blessés de quitter la bande. recevoir un traitement à l’étranger.

L'UNRWA a déclaré, via « X », que « les déplacements se poursuivent à Gaza, et on estime que plus de 810 XNUMX personnes ont été déplacées de force de Rafah au cours des deux dernières semaines en quête de sécurité ».

Il y avait environ 1.4 million de personnes déplacées à Rafah, qui avaient déjà été déplacées de force par l’occupation israélienne, affirmant que la ville était « sûre » avant de lancer une attaque terrestre et des frappes aériennes intenses qui ont fait des centaines de martyrs et de blessés.

L’UNRWA a confirmé que « chaque fois que des familles sont déplacées, leur vie est exposée à un grave danger et elles sont obligées de tout abandonner derrière elles, à la recherche de sécurité, mais il n’existe pas de zone de sécurité ».

Il a renouvelé son appel à un cessez-le-feu immédiat.

Les forces d'occupation continuent de fermer le poste frontière de Rafah et le poste commercial de Karam Abu Salem, dans le sud de la bande de Gaza, pour le quatorzième jour consécutif.

Selon des sources de presse, pendant la période de fermeture des deux points de passage, les forces d'occupation ont empêché l'entrée de plus de 3000 700 camions humanitaires dans la bande de Gaza et le déplacement d'environ XNUMX malades et blessés pour se faire soigner hors de la bande de Gaza assiégée.

Hier dimanche, le Programme alimentaire mondial a souligné la nécessité d’un accès « sûr et durable » à l’aide afin de prévenir la famine dans le nord de la bande de Gaza, « mais les ordres d’évacuation (israéliens) l’empêchent ».

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré hier que « les approvisionnements en médicaments essentiels et en carburant sont très faibles dans la bande de Gaza, et les déplacements sont limités en raison des restrictions de sécurité ».

Tandis que l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) a averti que l'incapacité à ouvrir les points de passage terrestres et à y accéder en toute sécurité laisse présager la poursuite de conditions humanitaires catastrophiques dans la bande de Gaza.

L'occupation israélienne poursuit son agression contre la bande de Gaza, par voie terrestre, maritime et aérienne, depuis le 35,456 octobre dernier, qui a entraîné le martyre de 79,476 XNUMX citoyens, dont une majorité d'enfants et de femmes, et la blessure de XNUMX XNUMX autres, un bilan infini, car des milliers de victimes sont encore sous les décombres.

(est fini)

Nouvelles connexes

Aller au bouton supérieur