فلسطين

Pour le troisième jour : « Justice internationale » écoute des exposés sur les conséquences juridiques découlant de l'occupation

La Haye (UNI/WAFA) - Aujourd'hui mercredi, la Cour internationale de Justice de La Haye poursuit ses audiences publiques sur les conséquences juridiques découlant des politiques et pratiques d'Israël dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est.

Les audiences s’inscrivent dans le contexte de la demande de l’Assemblée générale des Nations Unies d’obtenir un avis consultatif de la Justice internationale sur les effets de l’occupation israélienne qui dure depuis plus de 57 ans..

Le 2022 novembre XNUMX, la Quatrième Commission de l'Assemblée générale des Nations Unies, la Commission spéciale sur les questions politiques et la décolonisation, a adopté un projet de résolution soumis par l'État de Palestine pour demander un avis consultatif juridique et un avis consultatif à la Cour internationale de Justice. , sur la nature de l'existence de l'occupation coloniale israélienne sur le territoire de l'État de Palestine, y compris Jérusalem.

Le premier jour des audiences publiques, le tribunal a entendu le plaidoyer de l'État de Palestine, présenté par le ministre des Affaires étrangères et des Expatriés, Riyad al-Maliki, et l'équipe juridique de l'État de Palestine, qui comprenait : le professeur André Zimmerman, Faul Rackler, le professeur Philip Sander, l'ambassadrice Namira Negm, experte en droit international, et le représentant permanent de la Palestine, Riyad Mansour et Alain Pelé aux Nations Unies..

Hier mardi, les pays suivants : Afrique du Sud, Algérie, Arabie Saoudite, Pays-Bas, Bangladesh, Belgique, Belize, Bolivie, Brésil et Chili ont présenté leurs mémoires oraux devant le tribunal au cours de deux séances du matin et du soir.

Aujourd'hui, les pays suivants : Colombie, Cuba, République arabe d'Égypte, Émirats arabes unis, États-Unis d'Amérique, Russie, France, Gambie, Guyane et Hongrie doivent présenter leurs exposés lors de deux séances publiques.

Les séances publiques se poursuivront pendant six jours, entre le 19 et le 26 février, pour écouter les exposés de 52 pays, en plus de l'Union africaine, de l'Organisation de la coopération islamique et de la Ligue des États arabes..

(est fini)

Nouvelles connexes

Aller au bouton supérieur