Combattre la désinformation dans les médias

Lors du forum de la Ligue musulmane mondiale et de l’UNA, des experts et des penseurs mettent en garde contre les dangers d’un parti pris médiatique contre la cause palestinienne.

grand-mère (UNA) - Des experts des médias, des penseurs et des chefs religieux ont discuté des dangers de désinformation et de préjugés auxquels la question palestinienne est exposée et des moyens de renforcer le rôle des médias dans la défense de cette question et la propagation de la sécurité et de la stabilité.

Cela s'est produit lors du Forum international : « Les médias et leur rôle dans l'alimentation de la haine et de la violence (dangers de la désinformation et des préjugés) », qui a été lancé dimanche 26 novembre 2023 dans la ville de Djeddah, dans le Royaume d'Arabie saoudite. sous le patronage et en présence de Son Excellence le Secrétaire Général de la Ligue Musulmane Mondiale, Président de l'Association des Oulémas Musulmans, Son Excellence Cheikh Dr. Muhammad bin Abdulkarim Al-Issa, et Son Excellence le Superviseur Général des Médias Officiels de la État de Palestine, ministre Ahmed Assaf.

La tenue du forum s'inscrit dans le cadre d'un partenariat étroit entre le Secrétariat adjoint pour la communication institutionnelle de la Ligue musulmane mondiale et la Fédération des agences de presse des pays de l'Organisation de la coopération islamique, qui représente un organisme spécialisé indépendant, dans le cadre de leurs objectifs communs.

Au cours de la deuxième session, qui s'est tenue sous le titre « Biais et désinformation dans les médias internationaux (la question palestinienne comme exemple) », l'Ambassadeur Mukhtar Omar, conseiller principal du Secrétaire général de l'Union interparlementaire, a confirmé que de nombreux Les médias occidentaux ont prouvé leur parti pris en ignorant les politiques de punition collective et de torture systématique menées par Israël contre le peuple palestinien en réponse aux événements du XNUMX octobre dernier.

L'ambassadeur Mukhtar Omar a mis en garde contre l'impact de l'intelligence artificielle sur le contrôle de l'information concernant la question palestinienne, appelant à une stratégie médiatique pour les agences de presse des pays islamiques sur des questions importantes et communes.

Ali Hassan, président du conseil d'administration et rédacteur en chef de l'agence de presse égyptienne du Moyen-Orient, a expliqué qu'il existe un besoin urgent pour les médias des pays du monde arabe et islamique de diffuser leurs documents médiatiques dans plusieurs pays étrangers. langues afin que les faits et la couverture honnête du cours des événements et de leurs faits parviennent aux oreilles des différents pays du monde, afin de répondre à la désinformation. L'approche médiatique adoptée par les médias israéliens dans leurs relations avec les Palestiniens problème.

Ali Hassan a appelé les médias des pays du monde arabe et islamique à assurer l'échange d'informations entre eux, loin des médias tendancieux et partiaux qui sont aveuglément biaisés en faveur d'Israël au détriment des droits légitimes du peuple palestinien.

Il a souligné la nécessité d'assurer la transmission continue des efforts arabes et islamiques déployés dans ce domaine, que ce soit à travers la mise en valeur des décisions, réunions, entretiens et consultations des hauts responsables de nos pays et des ministères concernés, ainsi que des décisions et activités de nos organisations régionales compétentes concernant la question palestinienne.

Pour sa part, Sir Iqbal Sacranie, conseiller principal du Conseil musulman de Grande-Bretagne, a déclaré que le forum arrive à un moment très approprié compte tenu de la crise et de la tragédie sans précédent ainsi que du génocide et de la destruction dont nous sommes témoins directement sur les chaînes satellite dans l'un des pays. à Gaza, la plus grande prison ouverte du monde.

Sakrani a souligné que si ce qui se passe à Gaza s'était produit ailleurs dans le monde, le monde en général, et en particulier les médias internationaux, ne seraient pas restés silencieux, soulignant à cet égard le consensus occidental concernant la guerre en Ukraine.

Il a mis en garde contre les dangers de la manipulation du contexte du conflit israélo-palestinien dans certains médias occidentaux, qui présentent la situation comme si les racines du conflit résidaient dans ce qui s'est passé le 70 octobre, et non dans l'occupation qui dure depuis plus longtemps. plus de XNUMX ans.

Pour sa part, le directeur de l'agence de presse djiboutienne, Abdel-Razzaq Ali Dirani, a déclaré que la récente guerre israélienne contre Gaza a montré le parti pris des médias occidentaux en faveur de la partie israélienne, ce qui contredit les affirmations de ces médias sur la liberté d'expression et d'opinion et les reportages sur événements de manière transparente et impartiale.

La présidente du conseil d'administration de l'agence de presse croate, Magda Tavra Vlahovic, a évoqué le génocide contre les enfants palestiniens, qu'elle a qualifié de sans précédent dans l'histoire.

Elle a ajouté : Il semble que dans certains médias, même l'extermination des enfants palestiniens n'est pas appelée par le nom correct, ce qui indique qu'il y a une manipulation des médias pratiquée par quelques-uns.

Elle a souligné la nécessité d'éduquer les journalistes pour qu'ils affrontent ces préjugés et mènent des recherches scientifiques et académiques sur la réalité des médias pour comprendre ce qui se passe actuellement et tenter de corriger le tir.

À son tour, le directeur général de l'agence de presse kirghize, Mederbek Shermetaliyev, a souligné comment certains médias internationaux, ayant oublié les principes d'humanité, sont utilisés pour justifier l'agression brutale qui a conduit au martyre de milliers de civils dans la bande de Gaza. dont de nombreuses femmes et enfants.

A cet égard, il a également souligné la censure imposée aux réseaux sociaux sur les commentaires en faveur de la bande de Gaza et les clips vidéo des hôpitaux bombardés, notant que cette censure a atteint le point de cibler tous ceux qui cherchent un cessez-le-feu et l'imposition de la paix.

Pour sa part, Younis Al-Qanoubi du ministère de l'Information du Sultanat d'Oman a expliqué que de nombreux médias occidentaux cherchaient désespérément à défendre la désinformation et la partialité totale envers Israël sans tenir compte des faits sur le terrain, et déformaient délibérément les données liées. à la crise, dans un parti pris évident en faveur du récit israélien et de la narration basée sur le principe du droit à la légitime défense, ce qui a coûté cher à l'autre partie.

Al-Qanoubi a souligné que la plupart des médias américains et européens ont recours à la présentation du conflit israélo-palestinien comme une guerre unilatérale, ignorant de manière flagrante et flagrante les massacres quotidiens commis par l'occupation israélienne contre les Palestiniens.

Il est à noter que le forum a vu la participation d'un certain nombre de ministres, de dirigeants des médias islamiques et internationaux, ainsi que d'un groupe d'élite composé d'ambassadeurs, de personnalités religieuses, intellectuelles et juridiques et de dirigeants d'organisations internationales.

(est fini)

Aller au bouton supérieur