Conférence internationale sur les femmes en Islamمنظمة التعاون الإسلامي

La Conférence internationale sur les femmes dans l'Islam poursuit son travail en discutant des questions féminines et en exprimant sa solidarité avec les femmes palestiniennes.

Jeddah (UNA) - Aujourd'hui, mardi 7 novembre 2023, les travaux de la Conférence internationale des femmes sur l'Islam, organisée par le Secrétariat général de l'Organisation de la coopération islamique dans la ville de Djeddah, au Royaume d'Arabie saoudite, se sont poursuivis dans un contexte de une large participation internationale.

Au début de la séance plénière consacrée aux déclarations des États membres de l'Organisation de la coopération islamique, la présidente de la Commission des droits de l'homme en Arabie saoudite, Dr. Hala bint Mazyad Al-Tuwaijri, a confirmé que les femmes musulmanes sont aujourd'hui confrontées à de nombreux défis dans afin d'exercer leurs droits qui leur sont garantis par l'Islam, notamment en étant privée de certains de leurs droits dans certaines sociétés. Ce à quoi elle est confrontée en raison de son négligence dans la lutte contre le phénomène de l'islamophobie et de la propagation des discours de haine, ce qui ajoute un plus grand défi aux femmes musulmanes dans leur vie. adhésion à leur foi religieuse..

Elle a souligné les conditions tragiques et inhumaines que vit aujourd'hui la femme palestinienne, patiente et en difficulté, en particulier dans la bande de Gaza, en raison de la guerre et de l'agression menée par les autorités d'occupation israéliennes contre des civils, dont la majorité des victimes sont des femmes innocentes et sans défense. , les enfants et les personnes âgées..

Après cela, des déclarations ont été faites par les États membres de l'organisation qui ont souligné le statut de la femme dans l'Islam et exprimé leur solidarité avec les femmes palestiniennes et le peuple palestinien en général à la lumière de l'occupation et de l'agression israéliennes brutales auxquelles ils sont exposés.

Après cela, la première séance de travail intitulée « Statut et droits des femmes dans l'Islam » a commencé, au cours de laquelle la ministre des Affaires étrangères de la République d'Indonésie, Retno Marsudi, a confirmé que les enseignements et les valeurs de l'Islam sont clairs et clairs dans l'autonomisation des femmes. et leur accorder tous leurs droits.

Elle a souligné que même si les femmes ont obtenu bon nombre de leurs droits stipulés dans l'Islam, de sorte qu'elles sont devenues un élément important dans le processus de construction et de développement de leur société, malgré cette situation positive, nous nous trouvons toujours au XXIe siècle. qui ont cruellement besoin de discuter des questions relatives aux droits des femmes dans la société.

Elle a expliqué que cette nécessité est due à l’extrême divergence qui a caractérisé le développement des politiques d’autonomisation des femmes dans divers pays et sociétés musulmanes. Alors qu’elles ont obtenu leurs droits il y a des décennies dans les sociétés les plus anciennes, ces droits ont été retardés dans d’autres sociétés.

Pour sa part, Dr. Sami bin Muhammad Al-Suqair, membre du Conseil des savants du Royaume d'Arabie Saoudite, a passé en revue les fondements coraniques et hadiths du statut de la femme dans l'Islam, les caractéristiques de la législation islamique, et les fondements sur lesquels repose toute la législation islamique relative aux questions féminines, soulignant que l'Islam honore les femmes et exalte leur statut, et c'est un honneur qui indique le statut de cette religion et sa primauté dans l'honneur des humains, en particulier des femmes, parmi les nations.

Il a souligné que l'Islam considérait les hommes et les femmes sans distinction dans toutes les affaires publiques, à moins qu'elles n'incluent spécifiquement les différences biologiques. Ainsi, il n'y a pas de désaccord dans la foi islamique, et il n'y a pas de désaccord en matière de culte, sauf dans les domaines simples dans lesquels les sages Le législateur a regardé les femmes avec un regard de miséricorde et de compassion et les a facilitées. Quant aux transactions, elles sont rares, et cela est également dû à la différence de nature.

Il a ajouté, quant à l'héritage, il y a des cas dans lesquels une femme hérite de la même chose qu'un homme, avec le double de son droit, et d'autres cas dans lesquels elle hérite de la moitié de son droit, et tout cela est basé sur une grande sagesse et de subtiles subtilités. que seuls ceux qui s'efforcent de comprendre correctement le Coran et la Sunna savent.

À son tour, le secrétaire général de l'Académie internationale de jurisprudence islamique, Dr. Qutb Mustafa Sano, a abordé dans son intervention la condition de la femme et ses droits en Islam entre textes et application, soulignant que les femmes en Islam jouissent d'un statut sublime et élevé. .

Il a souligné que les textes du Coran et de la Sunna étaient chargés d'expliquer les devoirs juridiques et culturels de la femme similaires aux devoirs imposés à son frère masculin dans le domaine du culte, des transactions et du développement humain. soucieuse de mettre en valeur ses droits parallèles à ceux accordés à son frère masculin dans le domaine de la pensée, de l'enseignement, de l'éducation et de la culture, de la sociologie, de l'économie et de la politique.

Dans son intervention, l'ancienne directrice de l'Université islamique internationale de Malaisie, Dr. Zulekha Qamaruddin, a abordé la capacité juridique des femmes en Islam et leurs droits d'agir, de contracter, d'hériter et de posséder des biens.

Qamar Al-Din a appelé à prendre des initiatives importantes, notamment reformuler les politiques, évaluer le processus actuel et élaborer des mesures pour soutenir les efforts visant à ce que les femmes musulmanes obtiennent des droits de propriété, en mettant l'accent sur des réformes juridiques pour faciliter cette question.

Pour sa part, la conseillère du Cheikh d'Al-Azhar, Dr. Nahla Al-Saidi, a passé en revue le rôle de la fatwa dans l'affirmation du statut et des droits des femmes dans l'Islam, soulignant que les fatwas juridiques ont joué un rôle important en permettant aux femmes musulmanes contemporaines de ont obtenu leurs droits à la connaissance, à l'éducation et à la propriété, ce qui leur a permis de retrouver le rôle central qu'ils ont joué pendant des siècles. L'Islam d'abord.

Au cours de la deuxième séance, intitulée « Les femmes musulmanes entre les enseignements islamiques et les coutumes et traditions sociales », l'ancienne ministre des Finances et de la Planification de la République d'Ouganda, Sieda Bamba, a abordé la question de l'éducation des femmes entre la législation islamique et les normes sociales. Coutumes et traditions.

Elle a souligné qu'en comparant les principes islamiques liés à l'éducation des femmes et les traditions et coutumes sociales dominantes, l'essence des enseignements islamiques devient claire et soutient l'autonomisation des femmes et l'acquisition de leurs droits et connaissances, contrairement à certaines traditions établies, influencées par des mécanismes sociaux et culturels qui érigent parfois des barrières qui entravent les efforts déployés en faveur du développement de l'éducation.

Le secrétaire général de la Ligue Muhammadiyah du Royaume du Maroc, Dr. Ahmed Abadi, a souligné que le Saint Coran a accordé une grande attention à la question des femmes, notant que cet intérêt apparaissait dans le traitement des questions féminines à travers une approche religieuse, législative. , et un discours ciblé de manière directe dans un certain nombre de sourates du Saint Coran.

La présidente de la Muslim Women Welfare Foundation en Australie, Abla Quddus, a abordé la question des « femmes musulmanes et du conflit d'identités », soulignant les moyens par lesquels les communautés, les décideurs politiques et les communautés peuvent mieux soutenir et autonomiser les femmes musulmanes dans leur quête d'une une identité cohérente et satisfaisante qui inclut leur foi, leur culture et leur genre, ce qui contribue à rendre les sociétés plus inclusives et plus justes.

Pour sa part, le Dr Abdelkebir Hamidi, de l'Université Moulay Ismail au Royaume du Maroc, a expliqué que la plupart de ce que la charia islamique a déclaré au sujet des femmes sont des dispositions générales et des règles générales qui nécessitent une diligence réformiste et une adaptation ciblée flexible et renouvelable. qui s'adapte à la succession des époques, à la diversité des lieux et aux différences des environnements culturels et sociaux.

Il a souligné la nécessité de clarifier l'approche scientifique que le juriste et le mufti doivent adopter pour traiter les questions qui lui sont présentées concernant les problèmes des femmes musulmanes, et comment les décisions de justice doivent être conciliées ou comprises à la lumière des us et coutumes qui parfois les contredisent.

Professeur de jurisprudence à l'Université Roi Fayçal au Tchad, Dr. Aisha Taha Abdel-Jalil, a passé en revue un certain nombre de mauvaises coutumes et traditions dans certaines sociétés musulmanes qui entrent en conflit avec l'esprit et la tolérance de l'Islam et contredisent ses objectifs, indiquant des voies et approches pour les musulmans. femmes à concilier les textes de leur religion avec les coutumes et traditions de leur société, qui peuvent parfois s'opposer ou se superposer et sont difficiles à tracer des lignes de démarcation entre elles.

La conférence poursuivra ses travaux mercredi 8 novembre 2023 avec une troisième séance de travail intitulée Les femmes musulmanes dans le Golfe, le cadre arabe et islamique, une quatrième séance de travail intitulée Les femmes musulmanes dans les sociétés contemporaines, opportunités et défis, et une cinquième séance intitulée Perspectives d'autonomisation des femmes musulmanes dans l'éducation et le travail..

(est fini)

Nouvelles connexes

Aller au bouton supérieur