environnement et climat

Sous-Secrétaire général des Nations Unies : la COP28 constitue un effort fort pour faire progresser l'action climatique dans la région arabe

Dubaï (UNA/WAM) - Abdullah Al-Dardari, Sous-Secrétaire général des Nations Unies et Directeur du Bureau régional pour les États arabes du Programme des Nations Unies pour le développement, a déclaré que le Fonds mondial pour le climat, qui a été activé dans le cadre de la première résolution de le sommet climatique COP28, est un ajout et un élan fort pour soutenir l'action climatique dans la région arabe. Il a expliqué que le Programme des Nations Unies pour le développement a dépensé près d'un milliard de dollars dans la région arabe pour des solutions de développement intégrées motivées par les priorités des pays et les orientations stratégiques du programme. plan.

Dans une déclaration en marge de sa participation aux réunions du sommet sur le climat COP28 tenues à Expo Dubaï, le sous-secrétaire général des Nations Unies a appelé à la nécessité d'utiliser le soutien climatique pour la transformation économique et une transition juste en matière d'investissement vert dans d'autres domaines. comme l’économie circulaire.

Le Sous-Secrétaire général des Nations Unies a expliqué que les questions climatiques ne connaissent pas de frontières, avec la nécessité de compléter les efforts dans la région arabe pour développer des solutions innovantes aux problèmes de sécurité alimentaire, de transformation des énergies renouvelables et de conservation de l'eau, soulignant que le Les pays arabes importent 75 % de leurs besoins alimentaires alors qu’ils consomment 75 % de leurs ressources en eau dans l’agriculture.

Il a mis en garde contre les effets négatifs des pratiques non durables sur les ressources naturelles dans la région arabe, car la région arabe risque de perdre 14 % de son produit intérieur brut d'ici 2050 en raison du gaspillage de l'eau, soulignant la nécessité de développer des politiques durables pour conserver l'eau. l'eau, en plus de l'intensité de l'utilisation de l'eau. L'énergie nécessaire pour produire mille dollars de PIB est la plus élevée au monde.

Concernant l'impact du changement climatique sur la région arabe, le « responsable de l'ONU » a souligné que le Yémen est l'un des pays les plus vulnérables au changement climatique, et c'est le pays qui est confronté à une crise de l'eau qui s'aggrave depuis des décennies, et il y a aussi les attentes d’une augmentation de la malnutrition et de la pauvreté si des mesures climatiques ne sont pas prises. Renforcer la résilience au changement climatique, en notant que d’ici 2060, le Yémen devrait perdre un PIB cumulé de 93 milliards de dollars et que 3.8 millions de personnes supplémentaires souffriront de malnutrition au Yémen. .

Concernant les groupes les plus touchés par le changement climatique, il a souligné que la question du changement climatique touche tout le monde, y compris des groupes tels que les personnes déterminées, soulignant que 300 millions de personnes handicapées et ayant des besoins spéciaux sont touchées par le changement climatique. il y a 400 XNUMX personnes en Syrie qui ont besoin de membres artificiels et autres, venant des pays arabes, appelant à l'intégration de ces groupes afin de « s'adapter » en raison du changement climatique et de son impact sur la santé des sociétés.

(est fini)

Nouvelles connexes

Aller au bouton supérieur