environnement et climat

Lancement de l’Alliance mondiale pour la réduction des émissions des incendies en marge de la « COP28 »

Dubaï (UNA/WAM) - Le lieutenant-général Cheikh Saif bin Zayed Al Nahyan, vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur des Émirats arabes unis, a prononcé un discours liminaire lors du Forum ministériel qui s'est tenu sous sa présidence en marge de la Conférence des Les parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP28), qu'il a accueillie, ainsi que les Émirats arabes unis, au cours desquels il a discuté du rôle des forces de l'ordre dans la protection de la biodiversité et la garantie de la reprise climatique, organisée par le ministère de l'Intérieur.

Au début du discours, Cheikh Saif a exprimé ses remerciements et son appréciation aux personnes présentes à ce premier forum du genre, ainsi qu'aux participants aux réunions de la Convention-cadre pour discuter des défis auxquels le monde est confronté en raison du changement climatique, et discuter des questions liées à l'environnement et aux défis criminels qui en découlent, sur la base d'une profonde conscience des responsabilités qui leur incombent. Chacun a apprécié les contributions positives et actives des participants dans la discussion des défis du point de vue des fonctionnaires et de la justice. personnel chargé de l’application des lois, afin d’assurer un avenir meilleur et plus durable à l’humanité.

Il a déclaré : « Comme vous le savez, sur la base de l'engagement des Émirats arabes unis à lutter contre le changement climatique, nous avons établi un partenariat avec l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, représenté par Son Excellence Dr. Ghada Waly, Secrétaire générale adjointe des Nations Unies. et Directeur Exécutif du Bureau, ce qui a abouti au lancement de l'« Initiative Internationale sur le Climat pour Enforcer... La loi « I2LEC », relative au changement climatique pour les institutions chargées de l'application de la loi, s'inscrit dans le cadre des efforts en cours et des projets et initiatives successifs qui se poursuivront pendant la période 2023-2025 et au-delà.

Il a ajouté : "Le lancement de "l'Appel à l'action d'Abou Dhabi" a eu pour objectif de renforcer et d'élargir le rôle des forces de l'ordre dans la lutte contre les crimes environnementaux et liés au climat. Après trois mois de négociations, il a reçu un large accueil et un large soutien. , ce qui a été démontré par le soutien de cinq organisations régionales de police et de cinquante organismes chargés de l'application des lois à travers le monde".

Il a poursuivi : « Lors de la création du partenariat, il était important pour nous d'avoir une représentation claire des pays de différents continents, de refléter les points de vue et de travailler pour trouver des résultats vitaux basés sur des informations et des données réalistes. »

Il a ajouté : « Au cours de neuf mois, des équipes de travail de diverses organisations internationales ont déployé des efforts exceptionnels et leur étroite coopération a abouti à des résultats clairs pour sept initiatives majeures, en partenariat avec des organisations internationales et régionales, la police et la recherche. " Ce n'est qu'un témoignage de notre engagement commun à faire face aux répercussions des changements. " " C'est également une preuve de notre capacité à réaliser des changements positifs lorsque nous travaillons ensemble dans un esprit de partenariat efficace. "

Le lieutenant-général Cheikh Saif bin Zayed Al Nahyan a indiqué que le Dr Ghada Wali examinerait le document de recherche, préparé avec le partenaire, l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, et qui porte sur les crimes qui affectent l'environnement et le rôle du droit. les agences chargées de l’application des lois à atténuer leur gravité. Ce document servira de référence à la décision de l’initiative lors de la réunion de 2024 de la Commission pour la prévention du crime et la justice pénale à Vienne.

Il a expliqué que des travaux avaient été menés avec le partenaire du secteur privé, l'Environmental Systems Research Institute (ESRI), sur deux axes importants : le premier : le « Modèle mondial d'évaluation de la préparation », qui montre le degré de préparation des pays et des sociétés à confronter les crimes environnementaux et leurs effets à travers des questionnaires et la collecte de données, afin d'établir une feuille de route. Renforcer systématiquement les capacités, et le deuxième : créer la « carte thermique des crimes environnementaux », qui affiche pour la première fois les effets des crimes environnementaux. sur le changement climatique à l’échelle mondiale.

Cheikh Saif a partagé avec l'auditoire quelques conclusions préliminaires troublantes, la première étant la présence de preuves claires que les crimes environnementaux sont liés à divers crimes, tels que le blanchiment d'argent, la traite des êtres humains et le trafic de drogue, et la seconde étant le produit des activités environnementales. crimes, qui constituent une source de financement pour les auteurs du crime organisé, les terroristes et les groupes rebelles, avec une influence significative, ce qui affecte négativement le développement et le progrès des sociétés. Son Altesse a souligné qu'un exemple de ceci est ce que les estimations indiquent que le commerce illicite dans une petite région d’Afrique génère à elle seule entre (8.75) millions et (16) millions de dollars par mois pour les organisations criminelles.

Le lieutenant-général Cheikh Saif bin Zayed Al Nahyan a déclaré : « Quant au troisième résultat, c'est le crime de traite des êtres humains lié au changement climatique dû au déplacement des communautés ; Au cours de la période écoulée, c'était le plus répandu en Afrique, en Amérique du Sud et en Asie du Sud-Est. Quatrièmement, des programmes de formation spécialisés ont été organisés en coopération avec des partenaires dans le cadre du projet mondial de renforcement des capacités, et plus de quarante pays à travers le monde en ont bénéficié. Cinquièmement, il a été révélé que la carte montre que les mille rivières de différentes parties du monde, responsables d'environ 80 % par an de la pollution plastique dans les mers de la Terre, révèlent une réalité douloureuse et une histoire inversée et tragique sur les effets négatifs sur l'environnement. " L'impact de la production et des déchets des pays industrialisés et son rôle dans l'augmentation du poids de la pression environnementale sur les épaules des populations sont des pays pauvres consommateurs, comme le montrent les points chauds sur la carte thermique autour des régions d'Asie du Sud-Est et d'Afrique de l'Est. "

Il a regretté que la faute soit toujours dirigée vers les pays touchés par la pollution et non vers les pays qui la produisent, comme c'est le cas de nombreux crimes, y compris environnementaux, dont le Nord profite... au détriment du Monde. Sud.

Il a révélé que, dans le cadre des opérations de terrain incluses dans "I2LEC", deux opérations de terrain ont été réalisées au Nigeria, au Brésil, en Bolivie et au Paraguay, soulignant que le président d'"Interpol" présentera, dans son discours à la forum, les résultats des opérations conjointes menées et le début du travail avec la police des Nations Unies dans les mois précédant le système de préparation et de qualification des agents de la police des Nations Unies travaillant dans les zones de conflit.

Il a ajouté : « Alors que Son Altesse Cheikh Mohammed ben Zayed Al Nahyan, Président de l'État, que Dieu le protège, a clairement indiqué que la coopération mondiale est l'une des exigences fondamentales de la lutte contre le changement climatique, je suis heureux de dire que les Émirats arabes unis lance aujourd’hui « l’Alliance mondiale pour réduire les émissions dues aux incendies », qui comprend huit organisations mondiales spécialisées de protection civile, dans le but de réduire les émissions de carbone résultant des incendies de 80 % à l’échelle mondiale d’ici 2050. »

Le lieutenant général Son Altesse Cheikh Saif ben Zayed Al Nahyan a renouvelé l'appel à renforcer l'action commune, la coopération internationale et le partenariat au sein de « I2LEC », pour faire face à toutes les répercussions du changement climatique sur les sociétés et les générations futures, dans l'intérêt d'un monde meilleur et plus sûr. et un avenir plus durable pour nos sociétés et notre planète, souhaitant à Son Altesse succès et réussite dans tous les efforts visant à un monde meilleur pour les générations actuelles et futures.

Un effort international continu

Le Dr Ghada Waly, Secrétaire général adjoint des Nations Unies et Directeur exécutif de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, Son Excellence Benjamin Abalos Jr., Secrétaire de l'intérieur et du gouvernement local des Philippines, Sonia Guajajara, ministre des Peuples autochtones du Brésil, et Eva Bzabia, vice-présidente du Conseil des ministres de l'Intérieur et du Gouvernement local des Philippines. Les ministres et le ministre de l'Environnement de la République démocratique du Congo, le général de division Dr. Ahmed Nasser Al-Raisi, président de l'Organisation internationale de police criminelle « Interpol », et Son Excellence Alexander Zuev, sous-secrétaire général pour l'état de droit et les institutions de sécurité des Nations Unies.

Les intervenants ont discuté des moyens de renforcer les capacités des organismes chargés de l'application de la loi dans la lutte contre les crimes environnementaux, ainsi que des initiatives internationales pionnières présentées par les pays, notamment l'Initiative internationale sur le climat pour les institutions chargées de l'application de la loi (I2LEC), qui a reçu le soutien de pays du monde entier. rencontres et forums internationaux.

Les intervenants ont passé en revue les efforts internationaux visant à poursuivre les trafiquants d'êtres humains et les gangs, ainsi que les expériences d'un certain nombre de pays, dont les Philippines et les pays d'Asie de l'Est, dans la lutte contre les crimes environnementaux, leurs impacts climatiques tels que la désertification et la sécheresse, et le rôle des forces de l'ordre. agences pour y faire face.

Pour plus

Nouvelles connexes

Aller au bouton supérieur