Nouvelles syndicales

La Ligue musulmane mondiale et le Forum de l'UNA discutent de stratégies visant à renforcer la responsabilité éthique des médias internationaux

Djeddah (UNA) - Des experts des médias, des penseurs et des chefs religieux ont discuté de la responsabilité morale confiée aux médias internationaux dans le traitement d'événements internationaux complexes et de questions aux dimensions culturelles et religieuses sensibles.

Cela s'est produit lors du Forum international : « Les médias et leur rôle dans l'alimentation de la haine et de la violence (dangers de la désinformation et des préjugés) », qui a été lancé dimanche 26 novembre 2023 dans la ville de Djeddah, dans le Royaume d'Arabie saoudite. sous le patronage et en présence de Son Excellence le Secrétaire Général de la Ligue Musulmane Mondiale, Président de l'Association des Oulémas Musulmans, Son Excellence Cheikh Dr. Muhammad bin Abdulkarim Al-Issa, et Son Excellence le Superviseur Général des Médias Officiels de la État de Palestine, ministre Ahmed Assaf.

La tenue du forum s'inscrit dans le cadre d'un partenariat étroit entre le Secrétariat adjoint pour la communication institutionnelle de la Ligue musulmane mondiale et la Fédération des agences de presse des pays de l'Organisation de la coopération islamique, qui représente un organisme spécialisé indépendant, dans le cadre de leurs objectifs communs.

Lors de la troisième session du forum, qui s'est tenue sous le titre « La responsabilité éthique dans les médias internationaux », le directeur général adjoint de l'agence de presse algérienne, Yazid Boulnah, a évoqué l'importance du rôle de la formation et de la formation dans l'inculcation des normes éthiques. et contrôles parmi les journalistes.

Bouwalnah a souligné l'importance de l'aspect législatif dans la promotion de la responsabilité éthique dans les médias, et la nécessité de renforcer les relations et les activités conjointes entre les médias et les secteurs juridiques à cet égard.

Il a passé en revue une partie de l'expérience de l'Algérie dans ce domaine, notamment la Constitution de 2020 qui stipule dans son préambule "de rendre l'Algérie à l'abri des conflits, de la violence, de tout extrémisme, du discours de haine et de toute forme de discrimination", en plus de nombreuses lois en la matière. du journalisme et des médias.

De son côté, le chercheur et penseur islamique Johannes Klomnick (Abdullah Al-Suwaidi) a souligné dans son intervention que les professionnels des médias doivent ressentir une grande responsabilité morale lorsqu'ils exercent leur profession.

Klomenk a évoqué les valeurs les plus importantes qu'un journaliste doit posséder, à savoir l'honnêteté, afin qu'il soit honnête dans la présentation et l'analyse de l'actualité et ne soit pas partial, trompeur ou incitant à la haine, et l'honnêteté, car tout journaliste doit être honnête. dans ce qu'il dit, ce qu'il écrit et ce qu'il publie.

Selon Klomnick, ces valeurs incluent également le courage, l'affirmation de la vérité, la justice, la clarification et la vérification des informations avant de les publier, en particulier à la lumière de la propagation de la désinformation médiatique et de la diffusion des technologies d'intelligence artificielle et des possibilités de contrefaçons profondes qu'elles offrent. .

Pour sa part, le directeur général de l'agence de presse mauritanienne, Mukhtar Millal Ja, a expliqué que les discours incitant à la haine et à la violence constituent un grave danger pour la paix civile, soulignant qu'il existe de nombreuses preuves des graves crises sociétales qui ont frappé les peuples et les pays en raison de à l'implication de médias trompeurs et partiaux qui incitent les uns à exprimer leurs sentiments contre les autres.

Il a ajouté que la mémoire collective africaine n'a pas encore oublié le génocide survenu dans l'un des pays de l'Est du continent au milieu des années 800 du siècle dernier, à cause de la guerre attisée par un média local qui incitait ouvertement au meurtre. et abus, portant le bilan à XNUMX XNUMX morts.

Il a appelé les professionnels des médias à censurer ce qu'ils montrent et écrivent afin que nous ne vivions pas dans un cycle de confusion et de manque de crédibilité qui porte atteinte à l'entité de l'État et a un impact négatif sur l'individu et la société.

Le PDG de l'agence de presse de la République islamique d'Iran (IRNA), Ali Naderi, a déclaré dans son intervention que les médias qui valorisent les valeurs morales telles que l'honnêteté, la neutralité et l'évitement de la discrimination ethnique et religieuse n'encourageront jamais la violence et haine, notant que c'est pour cette raison que de nombreuses agences de presse adoptent des codes éthiques pour garantir la neutralité dans leur travail et éviter la discrimination sous toutes ses formes.

Le directeur adjoint de l'agence de presse irakienne, Ali Jassim Muhammad Al-Saadi, a présenté un certain nombre de règles professionnelles visant à renforcer la responsabilité des médias et à lutter contre les contenus incendiaires, notamment l'engagement d'exactitude et d'intégrité, le respect de la crédibilité, l'évitement des informations trompeuses, l'abstention de publier des informations. contenus incitant à la violence, et en évitant de généraliser les actions des individus aux constituants.Sociaux ou liant les événements ayant une dimension criminelle à des origines religieuses.

Le rédacteur en chef adjoint de l'Agence nationale de presse ouzbèke, Oteker Alimov, a déclaré qu'il était nécessaire d'adopter une nouvelle stratégie pour lutter contre les fausses nouvelles et les informations trompeuses, qui se multiplient de manière injustifiée dans l'espace médiatique, en particulier dans les réseaux sociaux. cela concerne la nécessité d'améliorer la communication et la gestion internes, et d'établir des relations avec des publics externes de manière systématique.

Alimov a souligné la nécessité pour les médias internationaux de travailler ensemble pour éliminer l'idéologie de haine contre les peuples, promouvoir la paix et la sécurité, et protéger les droits et l'autonomisation de tous les peuples du monde.

Le Dr Osama Zayed, rédacteur en chef adjoint du journal égyptien Al-Gomhouria, a appelé à la création d'un code éthique et professionnel pour limiter la propagation des discours de haine dans les médias et permettre le contrôle des journalistes professionnels et des journalistes. la performance des médias et la possibilité de tenir les professionnels des médias pour responsables des violations et des pratiques inappropriées.

Le correspondant en chef de l'agence de presse Spoutnik, Ahmed Abdel Wahab, a souligné que la question de la responsabilité éthique des médias internationaux doit être abordée de manière globale, incluant la condition des journalistes et la nécessité de les soutenir et de leur permettre d'accomplir leur devoir professionnel. à la lumière des défis auxquels ils sont confrontés.

Il est à noter que le forum a vu la participation d'un certain nombre de ministres, de dirigeants des médias islamiques et internationaux, ainsi que d'un groupe d'élite composé d'ambassadeurs, de personnalités religieuses, intellectuelles et juridiques et de dirigeants d'organisations internationales.

(est fini)

Nouvelles connexes

Aller au bouton supérieur