Nouvelles syndicales

La 49ème session du Conseil des ministres des affaires étrangères de la coopération islamique : renforcer le rôle pionnier de la Mauritanie au service de l'islam et des musulmans

Nouakchott (UNA) - A l'approche de l'ouverture de la quarante-neuvième session du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'Organisation de la coopération islamique, la capitale, Nouakchott, semble prête à accueillir cet événement qui se tiendra pour la première fois à Nouakchott le 16 mars. et 17. Elle est considérée comme la deuxième plus grande réunion ministérielle de ce type, et les délégations participant à cet événement ont commencé à arriver.
La Mauritanie cherche, en accueillant cette rencontre, à renforcer le rôle de pionnier qu'elle a joué tout au long de son histoire au service de la vraie religion islamique et de ses hautes valeurs et morales d'extrémisme et d'hyperbole. Par ailleurs, la situation géographique de la Mauritanie, qui relie le nord du continent africain à son sud, ainsi que sa façade maritime surplombant les côtes de l'océan Atlantique, lui permettent de jouer un rôle important dans le domaine de la coopération entre les différents continents de la monde.
Les préparatifs préliminaires pour que Nouakchott accueille cette réunion ont commencé depuis la quarante-septième session au Niger, lorsque la Mauritanie a exprimé son désir d'abriter la quarante-neuvième conférence des ministres des affaires étrangères de l'organisation, et cette demande a été incluse dans les recommandations émises par la session.
La quarante-huitième session du Conseil des ministres des affaires étrangères de l'Organisation a été déterminante dans l'adoption de cette décision, qui a été adoptée lors des réunions de hauts responsables tenues en vue de la précédente session dans la capitale pakistanaise, Islamabad. Au cours des mois de janvier et février derniers, pour réunions des cadres supérieurs au siège de l'organisation à Djeddah, en Arabie saoudite.
L'Organisation de la coopération islamique (anciennement l'Organisation de la Conférence islamique) a été créée par une décision rendue par le Sommet islamique historique qui s'est tenu à Rabat, Royaume du Maroc, le 25 septembre 1969 CE, en réponse au crime d'incendie d'Al -Mosquée Aqsa à Jérusalem occupée.
La ville de Djeddah, dans le Royaume d'Arabie saoudite, a constitué le premier hôte de cette conférence, où elle a accueilli en 1970 la première conférence des ministres des affaires étrangères, au cours de laquelle il a été décidé d'établir un secrétariat général basé à Djeddah et dirigé par un secrétaire de l'organisation.
La Mauritanie fait partie des pays fondateurs de cette organisation, qui s'appelait l'Organisation de la conférence islamique, et dont la charte a été adoptée lors de la troisième session des ministres des affaires étrangères en 1972, où les buts, principes et objectifs de l'organisation ont été fixés. renforcer la solidarité et la coopération entre les États membres. Pendant quatre décennies, le nombre de ses membres n'a pas dépassé trente membres pour atteindre Le nombre est de 57 membres, et sa charte a ensuite été modifiée pour suivre le rythme des évolutions mondiales. La charte actuelle a été adoptée lors du onzième sommet islamique à Dakar, la capitale de la République du Sénégal en 2008, afin que la nouvelle charte soit le pilier de l'action islamique future.
L'organisation est unique en ce sens qu'elle rassemble la parole de la nation et représente les musulmans et défend les questions qui préoccupent plus d'un milliard et demi de musulmans dans le monde.
L'Organisation de la coopération islamique entretient des relations de coopération et de consultation avec les Nations Unies et d'autres organisations internationales dans le but de protéger les intérêts vitaux des musulmans et d'œuvrer au règlement des différends et des conflits auxquels les États membres sont parties.
L'organisation comprend plusieurs organes dont les plus importants sont :
La Conférence des Rois et Chefs d'Etat et de Gouvernement : Elle constitue l'autorité réelle et suprême de l'organisation et se réunit tous les trois ans pour fixer la politique de l'organisation.
La Conférence des ministres des affaires étrangères : Elle se réunit une fois par an pour étudier les développements et l'avancement des travaux de mise en œuvre des décisions qui ont été mises en place lors des sommets islamiques.
Le Secrétariat général, qui est l'organe exécutif de l'organisation, est censé assurer le suivi des décisions et exhorter les gouvernements à les mettre en œuvre.
L'organisation comprend également quatre comités permanents, dont le plus important est le Comité de Jérusalem, qui est présidé par le monarque marocain et basé à Rabat au Maroc, en plus des comités traitant de la science et de la technologie, de l'économie et du commerce, des médias et de la culture.

Nouvelles connexes

Aller au bouton supérieur