Nouvelles syndicales

Lors d'une visite à "l'UNA", l'ambassadeur de Tunisie au Royaume apprécie le soutien de l'Arabie saoudite à son pays

Djeddah (UNA) - L'ambassadeur de Tunisie au Royaume d'Arabie Saoudite, représentant permanent auprès de l'Organisation de la coopération islamique, Hisham Fourati, a apprécié le soutien des pays frères et amis à son pays, à cette étape critique et critique de l'histoire de la Tunisie, conduit par le Royaume d'Arabie saoudite, se référant à cet égard à l'appel téléphonique entre Khadem Les Deux Saintes Mosquées, le roi Salman bin Abdulaziz Al Saud, et le président tunisien Qais Saeed le 20 août, au cours duquel le Serviteur des Deux Saintes Mosquées a clairement indiqué que le Royaume suit avec beaucoup d'intérêt les développements que traverse la Tunisie, soulignant le souci du Royaume pour la sécurité et la stabilité de la Tunisie, et la position du Royaume aux côtés de la Tunisie à la lumière des circonstances, la santé difficile que vous traversez jusqu'à ce que vous vous en remettiez. Il a également apprécié la directive du Serviteur des Deux Saintes Mosquées au Centre Roi Salmane de Secours et d'Action Humanitaire, de soutenir d'urgence la Tunisie en oxygène médical et ses fournitures. Contribuer à répondre aux besoins du secteur de la santé tunisien, afin d'aider à surmonter les effets de la pandémie de Corona (Covid-19). L'ambassadeur tunisien Hisham Fourati a également confirmé que les récentes décisions du président tunisien Kais Saied sont venues corriger le tir après les tensions politiques dont le pays a été témoin et qui ont empêché le fonctionnement normal de l'État et de ses institutions, notamment le parlement, notant les positions du Royaume de L'Arabie Saoudite en soutien à la Tunisie dans cette circonstance délicate de son histoire. Cela s'est produit lors d'un exposé donné par l'ambassadeur Al-Fourati, aujourd'hui dimanche, sur les récents développements dans son pays, lors de sa visite au siège de l'Union des agences de presse de l'Organisation de la coopération islamique (UNA). L'ambassadeur a expliqué que le Parlement s'était détourné des véritables intérêts et revendications du peuple tunisien et avait choisi d'entrer dans des querelles politiques, ce qui a conduit à une déviation de la voie démocratique du pays, à l'aggravation de la crise sociale et économique, en plus de la corruption endémique qui a frappé de nombreux secteurs, soulignant que ces questions combinées généraient un mécontentement populaire. Le 25 juillet, un grand nombre de personnes se sont manifestées pour demander la dissolution du Parlement. Al-Fourati a déclaré que, sur la base de cette situation de détérioration du pays et de l'ampleur de son danger pour la paix sociale, et étant donné que le président de la République dans la constitution tunisienne est le symbole de l'État tunisien et le garant de sa d'indépendance et de continuité, le président Kais Saied a décidé le 25 juillet de geler les travaux de l'Assemblée des représentants du peuple pour une durée de 30 jours, et de mettre fin aux fonctions de premier ministre, de lever l'immunité des députés, et de présider la L'autorité exécutive. Il a ajouté que les décisions du Président et les mesures qu'il a prises s'inscrivaient dans le cadre du plein respect de la Constitution de 2014, notamment de son article 80 qui stipule que le Président de la République - en cas de danger imminent menaçant la l'entité de la nation, la sécurité et l'indépendance du pays, avec lesquelles le fonctionnement normal des rouages ​​de l'État est impossible - de prendre les mesures nécessaires nécessitées par cette situation exceptionnelle. Il a souligné que l'objectif de ces mesures est d'imposer la loi à tous et d'assurer l'indépendance et l'efficacité de la justice, surtout à ce stade du redressement du cours politique, afin que l'expérience démocratique tunisienne demeure le titre d'une véritable réussite dans l'établissement de la État de droit, institutions, droits de l'homme et libertés. L'ambassadeur Al-Fourati a appelé à ne pas se laisser guider par des mensonges qui disent que la situation en Tunisie est maintenant un pas en arrière, soulignant que le président tunisien a confirmé que la voie démocratique en Tunisie est continue et qu'il n'y a pas de place pour la violation des droits et libertés , au premier rang desquels la liberté d'expression et la presse qui sont garanties par la Constitution, tout comme il n'y a pas de place pour des arrestations de représailles, ni pour harceler des hommes d'affaires ni pour confisquer leur argent, mais plutôt l'État s'appuie sur leur sens patriotique dans cette circonstance délicate en L'histoire de la Tunisie. L'ambassadeur Fourati a souligné que le président tunisien Kais Saied est un homme de droit constitutionnel, qui invoque la constitution dans toutes ses décisions, indiquant que les mesures prises par le président ne sont que des mesures temporaires qui s'inscrivent dans le cadre de l'organisation temporaire des pouvoirs conformément à la constitution jusqu'à la fin du danger qui menace l'Etat tunisien et ses institutions. Il convient de noter que l'ambassadeur de Tunisie, lors de sa visite à l'union, a écouté une explication de la vision de l'UNA dans les années à venir, qui s'articule autour du rôle de l'union en tant que plate-forme médiatique majeure pour les États membres, et la l'avancement de l'industrie des médias, basée sur les valeurs islamiques et médiatiques qui appellent à la transparence, à la crédibilité et à la tolérance. A l'issue de la visite, l'Ambassadeur Al-Furati a apprécié le rôle de l'Union dans le renforcement des relations médiatiques internationales entre les Etats membres de l'Organisation de la Coopération Islamique, et dans le renforcement des liens professionnels entre les travailleurs du secteur des médias, soulignant le souci de son pays de fournir la soutien nécessaire à l'Union pour jouer son rôle dans le domaine des médias et de la culture.

Nouvelles connexes

Aller au bouton supérieur