Organismes affiliés à l'organisationConférence islamique au sommet 15منظمة التعاون الإسلامي

Le Sommet islamique de Gambie conclut ses travaux et publie la « Déclaration de Banjul »

Banjul (UNA) - La quinzième session de la Conférence islamique au sommet a conclu ses travaux aujourd'hui, dimanche 5 mai 2024, à Banjul, en République de Gambie, et a adopté la « Déclaration de Banjul ».

Le sommet s'est tenu sur deux jours (4 et 5 mai 2024), en présence des présidents et dirigeants des États membres de l'Organisation de la coopération islamique.

Le président du Sommet islamique, le président gambien Adama Barrow, a déclaré dans son discours à la conclusion des travaux du sommet que la quinzième session du sommet représente un nouveau départ pour la Gambie dans ses relations avec les États membres et les parties concernées afin de promouvoir la paix, la justice et un dialogue continu à l'intérieur et à l'extérieur de la nation islamique.

Il a souligné qu'il est de la responsabilité collective de l'Organisation de la coopération islamique de rechercher des solutions durables au sort des personnes souffrant de l'adversité résultant de toute forme de conflit, de guerre ou de défi auquel l'humanité est confrontée.

Barrow a exhorté tous les États membres à coopérer avec la Gambie au cours de sa présidence triennale du sommet pour promouvoir et réaliser nos idéaux et prendre des mesures concrètes pour améliorer la situation sociale et économique de la nation islamique.

Dans la « Déclaration de Banjul » publiée lors du sommet, les dirigeants et chefs d'État de l'Organisation de la coopération islamique ont affirmé leur solidarité face à la catastrophe humanitaire qui frappe la bande de Gaza et sa population à la suite de l'agression israélienne qui se poursuit depuis plus d'un an. plus de six mois sans répit ni respect des valeurs morales et humanitaires les plus fondamentales, appelant à un cessez-le-feu immédiat et ininterrompu. Conditions d'une agression globale contre le peuple palestinien dans la bande de Gaza.

Ils ont appelé les pays du monde à prendre des mesures pour mettre fin au crime de génocide commis par l'occupation contre le peuple palestinien dans la bande de Gaza et à mettre en œuvre les mesures de précaution ordonnées par la Cour internationale de Justice, soulignant que tous les efforts seront déployés. à accélérer l'arrivée de toute l'aide humanitaire et à rejeter toute tentative visant à déplacer le peuple palestinien de ses terres.

Les dirigeants ont souligné la nécessité de permettre au peuple palestinien de réaliser ses droits nationaux légitimes tels que reconnus par la communauté internationale, notamment par la reconnaissance de l'État palestinien à l'intérieur des frontières de 1967, avec Al-Qods Al-Sharif pour capitale, et par le soutien à l'État de Palestine à devenir membre à part entière des Nations Unies.

Les dirigeants ont salué la solidarité des peuples et des gouvernements africains avec la lutte du peuple palestinien, en particulier des États membres de l'organisation, et leur position ferme pour mettre fin à l'injustice historique qui a affecté le peuple palestinien, sur la base de leur amère expérience dans la fin du colonialisme. et la discrimination raciale.

Ils ont souligné l'importance de recourir au dialogue et à la médiation pour résoudre les différends de manière à créer une atmosphère sans tension entre les pays de la nation islamique, soulignant l'importance de renforcer la diplomatie préventive afin de contribuer efficacement à l'établissement de la paix, à la protection des vies et des droits de l'homme. ressources naturelles et réaliser les espoirs et les aspirations de nos peuples en matière de développement durable.

Les dirigeants ont exprimé leur solidarité avec les groupes et communautés musulmans d'un certain nombre de pays non membres de l'organisation qui souffrent de persécution, d'injustice et d'agression, soulignant le soutien politique, moral et diplomatique continu au peuple du Cachemire et appelant les Nations Unies à Le Conseil de sécurité doit prendre des mesures efficaces pour mettre en œuvre ses résolutions sur le Jammu-et-Cachemire afin de permettre au peuple du Cachemire d'exercer son droit inaliénable à l'autodétermination par le biais d'un référendum général sous la supervision des Nations Unies.

Ils ont également exprimé leur profonde préoccupation face à la persécution systématique croissante des musulmans et d'autres minorités en Inde, qui a conduit à leur marginalisation politique, économique et sociale, et ont exhorté le gouvernement indien à prendre les mesures nécessaires pour protéger leurs vies et leurs biens et empêcher que des actes similaires ne se reproduisent à l'avenir.

Ils ont félicité la République islamique du Pakistan, le Royaume d'Arabie saoudite, la République de Turquie, la République islamique d'Iran et d'autres États membres pour leurs efforts pionniers au sein de l'Assemblée générale des Nations Unies pour adopter les deux résolutions désignant le 15 mars comme « Journée internationale de lutte contre l’islamophobie » en 2022 et « Mesures de lutte contre l’islamophobie » le 15 mars 2024.

Les dirigeants ont appelé les États membres et les autres États à prendre toutes les mesures nécessaires, y compris des mesures législatives et politiques, pour lutter contre l'intolérance religieuse, les stéréotypes négatifs, la haine, l'incitation à la violence et la violence contre les personnes sur la base de leur religion ou de leurs convictions.

Ils ont affirmé leur soutien à un Afghanistan pacifique, stable, prospère et inclusif, mettant l'accent sur la résolution des défis auxquels le peuple afghan est confronté, tels que les défis humanitaires, les droits de l'homme, les groupes ethniques, la sécurité et le terrorisme, la drogue et les défis sociaux.

Ils ont souligné l’importance du plein respect des droits humains de tous les Afghans et la nécessité de protéger les droits fondamentaux des filles et des femmes afghanes, en particulier le droit à l’éducation et au travail, et ont appelé à un plus grand engagement avec les autorités de facto sur ces questions.

Les dirigeants ont félicité la République de Gambie pour ses efforts pionniers au niveau de la Cour internationale de Justice, au nom de l'Organisation de la coopération islamique, afin de demander des comptes à ceux qui ont commis le génocide et les atrocités contre les musulmans Rohingyas.

Les dirigeants ont condamné dans les termes les plus fermes les incidents répétés d'incendies de copies du Saint Coran dans un certain nombre de pays européens, appelant les pays concernés et la communauté internationale à prendre des mesures globales et nécessaires pour empêcher la répétition de tels actes. et faire face à la croissance inquiétante du phénomène de l’islamophobie.

Les dirigeants ont félicité le Royaume d'Arabie Saoudite, sous la direction avisée du Serviteur des Deux Saintes Mosquées, le roi Salman bin Abdulaziz Al Saud, et de Son Altesse Royale le prince Mohammed bin Salman bin Abdulaziz Al Saud, le prince héritier, pour leur action infatigable et un soutien fort et des conseils généreux à l'Organisation de la coopération islamique et à la nation islamique en général afin d'atteindre les objectifs mondiaux de paix, de justice, de sécurité et de développement durable.

Outre la « Déclaration de Banjul », le Sommet islamique a également publié une déclaration finale complète sur diverses questions et affaires politiques, économiques, humanitaires, culturelles, sociales et médiatiques des pays de l'OCI.

Dans sa déclaration finale, le sommet a salué les résultats du forum international organisé par l'Union des agences de presse des pays de l'Organisation de la coopération islamique (OCI).UNA) intitulé « Les médias et leur rôle dans l’alimentation de la haine et de la violence : les dangers de la désinformation et des préjugés » dans la ville de Djeddah le 26 novembre 2023, en coopération avec la Ligue musulmane mondiale et avec la participation de toutes les agences de presse officielles du pays. les États membres de l'organisation et un certain nombre de médias internationaux et d'institutions intellectuelles et religieuses.

Le Sommet islamique a noté le thème spécial inclus dans le forum sur « Les préjugés et la désinformation dans les médias internationaux : la question palestinienne comme exemple », qui cherchait à répondre aux préjugés auxquels la question palestinienne est exposée dans certains médias occidentaux, ce qui empêche d'exposer la question palestinienne. les violations de l'occupation israélienne et permettre au peuple palestinien d'obtenir ses droits.

Le sommet a également publié une résolution indépendante sur « la question de la Palestine et d'Al-Qods Al-Sharif », à la lumière des développements graves et sans précédent dont cette question est témoin en raison des crimes de l'agression militaire brutale d'Israël contre le peuple palestinien, en particulier dans la bande de Gaza.

(est fini)

Nouvelles connexes

Aller au bouton supérieur