منظمة التعاون الإسلامي

Al-Othaimeen met en garde contre la politique de siège des villes syriennes et exige l'entrée de l'aide humanitaire dans toutes les régions

Bruxelles (UNA) - Le secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique, le Dr Youssef bin Ahmed Al-Othaimeen, a mis en garde contre la politique de siège, qui est devenue un phénomène dangereux dans la crise syrienne ces derniers temps, alors que près de 4 millions de personnes vivent dans des endroits assiégés et des zones difficiles d'accès, citant ce qui a été la Ghouta orientale a été assiégée et bombardée avec des armes chimiques interdites au niveau international. Cela est ressorti d'un discours prononcé par le Secrétaire général en son nom, l'Ambassadeur Ismat Jahan, Représentant permanent de l'Organisation auprès de la Commission de l'Union européenne, aujourd'hui, mercredi, lors de la deuxième conférence de Bruxelles pour soutenir l'avenir de la Syrie et de la région. , qui a commencé ses travaux mardi (24 avril 2018). Le Dr Al-Othaimeen a déclaré : Le phénomène du blocus est un maillon d'une succession de pratiques inhumaines en Syrie qui sont incompatibles avec les règles les plus élémentaires du droit international humanitaire, car elles relèvent du cadre des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité. Il a appelé la communauté internationale à assumer ses responsabilités en prenant les mesures nécessaires pour mener une enquête internationale transparente à cet égard, conformément aux mécanismes et références internationaux, et a appelé à un accès immédiat à l'aide humanitaire pour sauver sans entrave la vie des civils, en toutes les zones encore assiégées. Le Secrétaire général a déclaré que le Conseil de sécurité de l'ONU n'avait pas réussi à mettre fin à la crise syrienne malgré le succès de certaines de ses résolutions pour soulager les souffrances humanitaires, soulignant que l'Organisation de la coopération islamique restait ferme sur sa position sur la crise syrienne en soutenant un règlement politique. au conflit sur la base de la déclaration de Genève 1, et un processus politique sous les auspices des Nations Unies afin de mettre en œuvre un processus de transition politique dirigé et approprié par les Syriens. Alors qu'Al-Othaimeen a souligné que l'organisation soutenait les efforts internationaux pour mettre fin à la crise, il a averti que la conférence actuelle de Bruxelles cherche à unir la communauté internationale de manière organisée et efficace pour atténuer l'impact de cette crise. Soulignant que l'organisation a déjà contribué aux efforts internationaux pour y mettre fin et répondre aux besoins humanitaires à travers des initiatives conjointes avec de nombreuses organisations et partenaires régionaux et internationaux. (Fin) pg/h p

Nouvelles connexes

Aller au bouton supérieur